« Jardins extraordinaires »

carton-expo-jardins-rectov

carton-expo-jardins« J’suis descendu dans mon jardin

Pour y cueillir du romarin

Gentil coquelicot mesdames

Gentil coquelicot nouveau »

L’exposition de l’Atelier vous invite, comme la chanson, à descendre dans les jardins de 4 artistes.
Qu’ils soient tout en mots, comme ceux de Laurent Roy,
qu’ils frôlent l’abstraction avec les gravures de Denise Pelletier,
qu’ils abritent des hommes-papillons comme dans les collages de Thaddée,
ou qu’ils soient saisis au crépuscule avec les craies de Jérôme Mitonneau,
ils vous guideront peut-être vers votre propre jardin extraordinaire…

Pour notre part, nous avons suivi à la lettre les conseils de Pascale Petit dans son faux manuel de jardinage. Pascale Petit, écrivain originaire de Grosrouvre est à l’initiative de cette exposition.

Nous vous attendons à partir de 15h30 le vendredi 11 novembre pour le vernissage en présence des artistes à l’exception de Denise Pelletier qui habite au Canada.

Une lecture des textes de Pascale Petit aura lieu à 16h30.

Et le dimanche 20 novembre à 15h30 pour des contes chamaniques dits par le Quadriconteur…

Infos et aperçu de l’expo : Galerie l’Atelier

 » (…) Et ainsi, tandis que les feuilles mortes tarissent les sources près de nous et que les petites bottes rouges éloignent les saisons de l’enfance, on avance et on découvre des espaces variés, des perspectives que l’on ne soupçonnait pas (…) 

Ainsi, on avance et on découvre ou on devine et on mesure. Une pagode chinoise et un pavillon de thé dans un paisible vallon. Une source claire. Des douves que l’on admire sans comprendre. Un projet de méandre abandonné. On avance et on découvre. On passe sous des séquoias ou des cèdres bleus ou sous de vieux érables. Surface des eaux qui se rident. Parfum des héliotropes, des jacobées et des santolines. Rouille des marronniers. Rouge de la valériane. Houppiers des cerisiers, magnolias de Kobé. Orpins remarquables. Et là-bas, le mirador des reflets dans l’eau qui cache un belvédère blanc. Ce ne sont pas seulement quelques siècles que nous venons de survoler en un instant passant de ces arbres millénaires à ces reflets, c’est tout l’Ancien et tout le Nouveau Monde. Et je vous demande : est-ce le nombre de nos pas qui change le paysage ou la qualité de notre regard ? ou notre regard qui dicte nos émotions ? ou simplement, le jardinier ?  »

« Sharawadji, manuel du Jardinier platonique« , de Pascale Petit, éditions L’inventaire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s